Ce nouveau forum de PEM a été construit après archivage des précédentes publications qui s'étaient désorganisées dans l'ancien support.
Visites

 46401 visiteurs

 1 visiteur en ligne

Forum - La judiciarisation - Sujet n°2

La Charte du Forum - La Charte du Forum

Forum - Forum
La judiciarisation - La judiciarisation


actif  Sujet n° 2  Tous égaux sous leurs égos

le 30/09/2009 @ 20:19
par PascalD

Anonyme

visiteur

Bien sûr, il y a Kiel, ce procureur varois qui travaillait plus en dehors de ses missions pour gagner plus en collaboration avec d’autres ripoux comme ce chirurgien dentiste tout aussi véreux selon les médias sur la toile. On l’excusera : il serait déprimé depuis son divorce, selon ses collègues.

Bien sûr, il y a Hontang, ce procureur spécialiste de l’éthique des magistrats, qui vola une carte bleue pour se payer le fouet délivré par une prostituée de luxe. On l’excusera : il est déprimé, tant ses missions sont lourdes, d’après ses collègues.

Evidemment, il y a Burgaud, qu’on présente comme tellement différent de ses collègues. Et trop jeune, en plus. On a vu que l’ensemble des protagonistes du massacre à l’ordonneuse d’Outreau ont été excusés. Trop de travail, pas assez payés pour tant travailler (ce fut le cas de Viaux, l’expert qui expertise de nouveau comme une femme de ménage).

Certes, il y a cet autre magistrat qui se masturbait en audience (un déprimé pas assez satisfait sexuellement plaident les uns, jouissant trop de son pouvoir, allèguent les autres). Arrêt maladie, reprise espérée en mi-temps thérapeutique. Il jugera à moitié pour recommencer, ce qui sera déjà mieux que par le passé.

Il y a cet autre qui prenait des photos de jeunes filles très déshabillées « dans son tribunal », comme il disait : un artiste. Mais déprimé. Après les soins, nous retrouverons ce courageux reporter-photographe.

Il y a cet expert judiciaire, ce collègue de Viaux,  le dénommé Lelièvre, qui assassina sa femme après avoir gagné une petite fortune en cassant du père transformé artificiellement en objet psychologique défaillant lors de ses expertises.

Il y a ce juge de Quimper qui ordonna illégalement un changement de résidence d’une enfant afin de privilégier une mère qui avait assassiné son premier enfant. Elle tua le suivant juste après (Très résistant, ce magistrat n’a même pas déprimé, preuve que dans ce corps de métier on a aussi des gens brillants, ainsi que le confia la chef de service des affaires civiles et du sceau, laquelle n’avait pas non plus eu d’état d’âme quand sa dernière décision de juge aux outreauges familiaux entraîna un meurtre et un suicide).

Et il y a tellement d’autres tragédies, tellement d’autres preuves de l’impunité des irresponsables et du saccage des responsabilités parentales. C’est toute une corporation, celle des robes noires, qui s’est peu à peu -et sans vergogne- rendu coupable de l’une des pires violences institutionnelles que notre pays a connu et connaîtra depuis la Révolution Française, s’accaparant illégalement une problématique humaine pour exploiter des gens qui demandaient de l’aide et non pas des jugements, des condamnations, des expertises, des outrages à leurs missions les plus  intimes et les plus respectables.

Qui s’occupera des très nombreuses victimes de ces barbares technocratiques excusés sous prétexte de « maladie » ou de « surmenage »? Des centaines de milliers de gens ont perdu la vie, la santé, le travail, tout équilibre familial, leur équilibre financier, dans le cadre de cette normalisation judiciaire éhontée, inédite dans l’histoire de l’humanité occidentale civilisée.

Aussi, ne nous y trompons pas : la nocivité de la  capture des difficultés parentales par le lobby judiciaire, qui  n’est pas fatale, et qui n’est pas légale,  ne dépend absolument pas d’avocats cyniques et magouilleurs ou de juges véreux ou malades mentaux.

Outreau, ce n’est pas Burgaud, ce ne sont pas les cinquante autre juges, les dizaines d’avocats et les experts impliqués. Outreau fut le symptôme pénal d’un appareil judiciaire grossièrement défaillant dans l’appréhension de ses prérogatives républicaines, au pénal comme au civil (et d’abord au civil, car personne n’ignore que chaque jour des hommes tombent au sortir d’un tribunal français), qui n’a plus rien à voir avec les besoins sociétaux et avec les idéaux d’Egalité Fraternité et Liberté.

Outreau s’est nourri des mêmes tares de fond (les affabulations d’une femme sur les affirmations de laquelle il convient de crisper, la volonté de condamner pour valoriser le concept artificiel et tellement payant de « droit des enfants ») qui a dénaturé la justice civile, et partant tout l’appareil à faire des affaires en jugeant.

Aussi vrai que la finance s’est éloignée de l’économie, que l’économie s’est éloignée des destinées humaines, que les idéologies partisanes ne correspondent plus au respect des véritables besoins, l’appareil judiciaire s’est éloigné comme jamais de ses missions républicaines.

Il s’est sclérosé pour n’être plus bien trop souvent qu’un groupe de pression para-légal irresponsable, jamais content de son sort, demandant toujours plus de juges et d’avocats, d’experts et d’huissiers, un trou noir exploitant les problématiques sociales encore plus impunément et facilement que les seigneurs du charbon n’exploitèrent les mineurs et les filons.

La perversité d’un leurre : celle qui consiste à confondre notre souci d’être égaux à leur besoin d’avoir un égo supérieur au nôtre.
 
                                                                                  Pascal Dazin, 21 septembre 2008
  Poster une réponse  Haut
actif sujet actif   clos sujet clos   Important! Important!   Nouveau Nouveau message   -   Rectifier Rectifier message   Cloturer Cloturer sujet   Remonter Remonter
[]
Catégories de discussion  Forum 



^ Haut ^